Chocolats, chocolats, coeurs en sucre et amour sur le monde: la Saint-Valentin à la mode japonaise (+ une super recette en cadeau Bonux)

Comme nous l’avons déjà expliqué dans un post précédent, la Saint-Valentin a des origines pagano-chrétiennes assez fumeuses sur lesquelles les spécialistes et autres marchands de tapis ergotent depuis vingt siècles.

J’avais tout de même envie de t’en parler aujourd’hui, Lectorat, en ce jour de Saint-Valentin 2015, alors que peut-être tu repasses ta plus belle livrée d’apparat pour aller chez l’Italien/Japonais/Indien/Lunch Garden du coin avec ta moitié avérée ou potentielle pour roucouler par-dessus le menu Cupidon.

J’avais surtout envie de t’en parler à toi, Lectorate, toi dont le petit coeur frétille d’expectative, toi qui te demandes si tu as choisi la bonne nuance de gris pour ta tenue de femme fatale, toi qui espères secrètement recevoir des roses et un cadeau fou tout en clamant bien haut que les roses c’est démodé et que ce ne sont pas les cadeaux qui comptent, BREF, toi qui stresses tout ce que tu peux si tu as quelqu’un dans ta vie et qui peut-être rumine si tu n’as personne, sache, Lectorate chérie, que tu as bien de la chance car tu pourrais galérer bien plus.

Tu aurais pu être née japonaise au Japon, par exemple. Et dans ce cas-là, tu aurais sans doute claqué les 2/3 de ton pécule de février en chocolats.

En effet, tandis qu’en occident, ce sont plutôt les hommes qui offrent aux femmes un témoignage de leur affection sous forme de fleurs, cadeau ou invitation au restaurant, au Japon le 14 février est le jour où les femmes offrent des chocolats aux hommes en guise de déclaration d’amour, une vraie-fausse tradition importée tout droit des Etats-Unis et introduite sur l’archipel par les fabricants de chocolat à la fin des années 30 dans l’espoir d’augmenter leurs ventes et d’implanter la consommation de chocolat dans les mœurs nippones.

Sérieux, si j'avais du faire ça au Collège, j'aurais mouru au moins trente fois.
                                       Sérieux, si j’avais du faire ça au Collège, j’aurais mouru au moins trente fois.

Jusque là, rien de fondamentalement renversant, mais on peut toujours compter sur la société japonaise pour codifier et complexifier à souhait !

 » Il y a deux principaux types de chocolats en cadeau :

  • Les giri-choco (義理チョコ, littéralement « chocolat de courtoisie ») qu’elles offrent à des hommes qu’elles voient fréquemment mais avec qui elles ne sont pas familières, par exemple des collègues de travail. Il s’agit plutôt d’une marque de politesse ou d’obligation sociale. Généralement, le giri-choco est acheté en magasin.
  • Les honmei-choco (本命チョコ, traduisible par « chocolat de la destinée » ou « chocolat du favori » ) que les femmes réservent à l’homme qui compte le plus pour eux. Les chocolats doivent se trouver dans une boîte en forme de cœur. On se rapproche alors du concept de l’amoureux à l’occidentale. Le honmei-choco a encore plus de valeur s’il est fait main par la femme qui l’offre.

À noter qu’il existe également d’autres types de cadeaux, par exemple les tomo-choco (友チョコ, « chocolats de l’amitié ») que les filles peuvent s’offrir entre elles. Cette tradition est surtout présente au collège et au lycée. D’aucuns ont même imaginé les jibun-choco (自分チョコ, « chocolats pour soi-même ») logiquement réservés aux célibataires !Tout ceci se passe pendant la journée, la soirée en amoureux étant généralement réservée au 24 décembre. (…) Le 14 mars, c’est le White Day, jour où les hommes qui ont reçu des chocolats lors de la Saint Valentin doivent offrir à la femme un cadeau en retour. Il peut s’agir de chocolat (blanc) ou autres : cookies / chamallows, et en cas de honmei-choco, plutôt des bijoux ou de la lingerie (de couleur blanche)… Traditionnellement, la valeur du cadeau offert par les hommes doit être deux ou trois fois celle des chocolats reçus lors de la Saint Valentin (on appelle ça 三倍返し / sanbaigaeshi). D’ailleurs, White Day au Japon est une fête peut-être plus commerciale encore que la St Valentin, puisqu’elle a directement été inspirée par des sociétés de commerce pour augmenter les ventes. » (source: www.kanpai.fr)

Tu vois, Lectorate, finalement la Saint-Valentin en Belgique, même si ça reste commercial, ce n’est pas si contraignant. Dis-toi qu’au Japon, tu aurais pu te retrouver célibataire ET socialement obligée de refourguer des boîtes de truffes à ton patron, tes quinze collègues et ton cousin germain.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, je vous renvoie à l’excellente vidéo de Chika et son channel Japanago (en anglais) :

Et pour ceux qui souhaitent quand même fêter cette journée sous le signe de l’amour, du désir et d’une avalanche de sucre, j’ai exhumé du web et traduit rien que pour vos beaux yeux une de mes recettes fétiches, adaptée de la recette publiée par l’excellente Joanne sur son blog Eats Well with Others. Cadeau. Des bisous et du love.

Brownies au chocolat noir, éclats de gingembre confit et pointe de wasabi

Pour 24 brownies

Ingrédients

250g de chocolat noir à 70%, haché grossièrement

250 g de beurre doux (pour une version sans lactose, remplacez par 8 cuillères à soupe de ghee ou d’huile de coco

150 g de farine de votre choix (blé, riz, coco…la farine de riz donnera une texture fine et agréable au brownie)

1 cuillère à café de levure chimique

½ cc de sel

3 cuillères à soupe de poudre de wasabi

150 g de sucre (ou 1 tasse de sirop d’agave ou sirop d’érable)

4 œufs (pour une version sans œufs, remplacez par 2 bananes ou 2 avocats)

2 cc d’extrait de vanille

1 cc de café instantané

100 g de gingembre confit, haché en petits morceaux

  • Placer une grille dans le tiers supérieur du four et préchauffer le four à 180°. Tapisser un moule de 9 x 13 pouces de papier sulfurisé .
  • Mélanger ensemble la farine, la poudre à lever, le sel et la poudre de wasabi.
  • Mettre le beurre et le chocolat haché dans un bol résistant à la chaleur et le placer sur une casserole d’eau bouillante, en faisant en sorte qu’aucune partie du bol ne touche l’eau (petit truc : placer un autre bol retourné au fond de la casserole, qui servira de pied à votre récipient). Remuer jusqu’à ce que le chocolat et le beurre soient entièrement fondus. Réserver et laisser reposer pendant quelques minutes.
  • Dans un autre bol de taille moyenne, fouetter ensemble les œufs, le sucre, la vanille et le café instantané jusqu’à obtenir un mélange épais. Verser le mélange de chocolat dans l’appareil à œufs et fouetter jusqu’à consistance homogène.  Ajouter le mélange de farine en une seule fois et fouetter pour l’incorporer. Ajouter les morceaux de gingembre confit et mélanger délicatement .
  • Verser dans le moule préparé et cuire au four pendant 30 minutes (ou jusqu’à ce qu’une lame de couteau  insérée dans le gâteau ressorte légèrement enduite de pâte).
  • Laisser refroidir sur une grille avant de découper.
Pic by: Joanne-Eatswellwithothers.com

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

Chronique radio « C’est Presque Sérieux »: Syrie Daiza

Lien vers le podcast: « C’est Presque Sérieux » La Prem1ère – émission du...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.