Chronique radio « C’est presque sérieux »: Et l’Homme créa la Cruche

Lien vers le podcast:

Les hommes préfèrent peut-être les blondes, mais ils épousent surtout les cruches. Et ce n’est même pas moi qui le dis, mais la voix pédante et moustachue de la Science.

En effet, une énième étude sur le sujet montre que si un homme est effectivement séduit par l’IDEE de rencontrer une femme intelligente, et qui réussit, il n’a pas forcément ENVIE de fréquenter une femme brillante, et se sent même, carrément, menacé par la proximité physique d’une femme qu’il estime intelligente. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles, au RDV des grands de ce monde, les femmes brillent, oui, mais par leur presqu’absence, et qu’Angela Merkel en est trop souvent réduite à prendre sa pause café en compagnie de la Reine d’Angleterre.

Mais laissons la politique de côté, car aujourd’hui je m’adresse directement à toi. Toi qui as entre 29 et 37 ans, avec ton charme piquant, ton QI carrément supérieur à la moyenne et ton éternel début de carrière prometteur et sous-payé. Toi qui es sans doute dotée d’une poitrine qui résiste encore aux lois de l’attraction et d’un fessier relativement compact car tu es, comme on dit, nullipare, un adjectif délicieux qui signifie juste que tu n’as pas encore daigné procréer mais  qui, dans la bouche de ta mère, sonne plutôt comme “ tu es NULLE part”, en deux mots. Toi, le Nombre d’or de la femme moderne, une espèce aussi rare et précieuse qu’une licorne chevauchée par un chirurgien un jour de grève sur l’autoroute.

ET POURTANT, pourtant, rien n’y fait, depuis ta dernière rupture, qui a sans doute eu lieu le même jour où tu as décroché ton diplôme /ton nouveau job/ta promotion (biffler la mention inutile), ce jour où tu t’es dit “je m’en fous, il me méritait pas, des comme lui j’en mets deux dans mon café chaque matin si je veux (un conseil fait pas ça, c’est dégueu, un mec au réveil ça pue, donc dans le café évite)” Depuis, non rien n’y fait, ni les prières à Sainte Myriam Leroy, ni les incantations à Beyoncé, et tu es certes encore jeune, toujours belle, de plus en plus brillante,  mais toujours célibataire.

Alors, certes, au début, on t’avait fait croire que la vie de célibataire à partir de 30 ans, c’est comme Sex and the City 2, eeet c’est pas faux, sauf qu’en fait c’est pas trop Sex mais plutôt City 2.  Oui, la vie de célibataire trentenaire, c’est un grand shopping tristoune mal éclairé où on essaie constamment de te fourguer des trucs un peu moches, pas de saison et pas à ta taille et où  les jolis modèles en vitrine sont déjà en rupture de stock.  

Et là tu te demandes: ai-je raté le coche? Suis-je trop difficile? Devrais-je revoir mes ambitions à la baisse et remplacer mon poster de Georges Clooney par celui de Claude Barzotti?  

NON! Non ce n’est pas ta faute! Que ne pouvais-tu savoir, ma soeur, dans ta quête innocente de l’idéal féminin, que la virilité est un Géant de Papier, une grande chose encombrante et fragile qu’on peut froisser d’un coup de cortex! Toi qui, naïvement, avais cru à tous ces profils internets d’hommes qui se prétendent “sapiosexuel” mais qui, en fait de Saint-Graal, cherchaient juste celui de Nabilla!

Mais maintenant que tu es renseignée sur ta condition, trois voies s’offrent à toi:

1) assumer pleinement ta condition de célibataire trop brillante pour ton prochain et, à défaut de fonder un foyer, partir en vacances 6 fois par an,

2) te faire lobotomiser pour rentrer dans le rang avant la ménopause, ou

3) intégrer mon programme de coaching, Ni Cruche Ni Soumise, dix leçons pour surfer sans peine sur l’ego masculin. En quelques semaines, notre équipe t’apprendra à corriger ta posture, ta voix et ton expression faciale pour dissimuler sur commande ton intelligence grâce à un subtil mélange de rire cristallin, de regard bovin et de remarques gentiment hors-propos. Garanti 100% efficace et discret, la preuve: ça fait déjà plusieurs semaines que je teste cette méthode au sein de cette équipe et aucun de mes collaborateurs ne s’est encore aperçu de rien.

Bref, Mesdames, qui peut le plus, peut le moins, il en va de la pérennité de vos gènes, à défaut de briller en public, faites donc reluire la cruche qui est en vous: les hommes vous diront merci, et l’espèce humaine aussi!

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

C’est Presque Sérieux, Chronique du 27 janvier: Signé Donald

On a demandé à une graphologue d’analyser la signature de Donald Trump…...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.