Chronique « C’est presque sérieux » 08/12/2015: Banana République

Parler de politique en général (et de la montée du FN en particulier) avec ses proches (surtout quand ils sont cons), c’est un peu comme leur parler d’amour: c’est compliqué, et il y a une chance sur deux pour que ça se termine mal. Heureusement, on est là pour vous donner un coup de main .

Lien vers le podcast (chronique à 50:13):

Aussi vrai qu’on est tous le con de quelqu’un, on a aussi tous, dans notre entourage, un con qui nous agace mais qu’on aime bien quand même. C’est un cousine, un vieil oncle, une collègue, un beau-frère, bref quelqu’un de proche même si on ne l’a pas choisi, et avec qui la communication passe mal pour cause de différence d’opinions, d’intellect, ou de génération. Cependant, par affection ou par respect, on est prêt, pour ce con plaisant,  à faire quelques efforts de pédagogie. Et depuis ce dimanche, il y a sans doute encore plus de friture sur la ligne entre votre con et vous, car comment, vu la conjoncture, faire comprendre à votre con domestique que, non, le score historique du FN aux Régionales n’est pas spécialement une bonne nouvelle face à la montée du terrorisme ? Eh bien, pour nous sortir de cette situation complexe, partons dans le monde magique de la parabole.

Laisse-moi, cher Auditeur, te parler…de mon fruit préféré: la banane. La banane oui, ce fruit reconnaissable entre tous, avec sa couleur jaune soleil, son goût sucré, son parfum d’enfance, et pourtant ô combien banal, car disponible sur tous les étals du monde de janvier à décembre. La Nature nous a doté de dizaines de variétés de bananes différentes: petites, grandes, roses, brunes, vertes, acides, amères, le choix est vaste. Pourtant, ici, nous ne connaissons quasiment que la banane jaune sucrée. Pourquoi? Parce que c’est la seule qu’on cultive en masse. Enfin, la banane jaune, ça ne se cultive pas en fait, y’a pas de graine dedans: du coup, ça se clone. Techniquement donc, on mange tous la même banane, jour après jour, depuis des années. Quel rapport avec le FN, me direz-vous? J’y viens.

L’ancêtre de notre banane actuelle était une variété  appellée Gros Michel.  Une bonne grosse banane bien sucrée, bien rentable et pas chiante, qui faisait le consensus. Sauf que dans les années 1950, un champignon toxique, appelé maladie de Panama, a commencé à attaquer les plants de bananes (qui avaient tous le même ADN donc), et cette épidémie s’est étendue à tous les continents sans qu’on puisse l’arrêter. En dix ans, Gros Michel avait été rayé de la carte.

Qu’avons-nous appris de cette terrible leçon?  Que dalle: aujourd’hui, le commerce mondial de la banane repose encore et toujours sur le clonage d’une seule variété de fruit. Et cette banane est de nouveau menacée par un descendant surpuissant de ce même champignon tueur, qui voyage dans le moindre résidu de terre, de continent en continent, et qui frappe mortellement là où on l’attend le moins, terrorisant les républiques bananières aux quatre coins du monde.

Bref, on prévoit que d’ici dix ans, les bananes telles que nous les connaissons auront de nouveau disparu. A moins qu’on ne se décide enfin à les croiser avec d’autres bananes, des bananes moins rentables, moins riches en minéraux, bref des bananes qui ont eu moins de chance dans la vie, mais qui sont néanmoins des bananes comme les autres, et qui, par leur vigueur, aideront la banane occidentalisée à survivre.  Parce que, le danger de la “mono-culture”, c’est qu’il s’agit d’une pratique certes facile, confortable, mais stérile. Sans graines à semer, sans nouvelles pousses, sans diversité, sans renouveau. Et du coup, sans plan B en cas de pépin (ou plutôt de peau de banane).

En d’autres termes et pour résumer, cher Auditeur (et surtout cher Con): la banane clonée, c’est toi, dans ton petit fauteuil, mort de trouille devant ta télé. La moisissure tueuse, c’est ce terrorisme haineux que tu crains tant et qui veut ta peau. Quant au Front National et consorts, rien de neuf sous le soleil: c’est juste un tas de fumier, dispersé à souhait par de très bons jardiniers.

CQFD.

(La semaine prochaine, je vous expliquerai la politique énergétique Belge avec des patates. D’ici-là, pensez à varier votre alimentation, vos lectures et surtout vos fréquentations: vous verrez, on digère vachement mieux.)

Bisous.

infinitebanana.gif

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

Le Futuroscoop du 26 octobre: W Wonder Woman

Il y a quelques jours, l’ONU a nommé Wonder Woman ambassadrice des...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.