Chronique « C’est presque sérieux » 18/01/2016: Magnettic Blues

De la neige en Arabie Saoudite, c’est aussi rare et beau qu’un politicien cohérent. Du coup je voulais faire une chanson là-dessus pour vous remonter le moral. Malheureusement j’en ai pas trouvé.

Lien vers le podcast (billet à 30:19):

En ce jour où tous les indices météorologiques, économiques et démographiques convergent pour nous faire déprimer, j’ai voulu me joindre à ta douleur.

Moi aussi, j’ai froid dans ce studio mal chauffé.

Moi aussi, je voudrais faire partie de ce 1% de la population mondiale qui nage dans le fric que le 99 autres % n’ont pas.

Moi aussi, je me demande pourquoi Bowie et Rickman et même René Angelil sont partis alors que Cyril Hanouna a l’air désespérément en pleine forme.

Moi aussi, j’ai du gratter mon pare-brise ce matin, les pieds dans une flaque de neige fondue et la goutte au nez.

Mais je me suis consolée en me disant que cette nuit, pour la première fois depuis 85 ans, il a aussi neigé autre chose que du pétrole et du sang en Arabie Saoudite, et que là-bas, les femmes ont au moins la chance, de ne pas avoir à gratter leur pare-brise (vu qu’elles n’ont pas le droit de conduire). Quel beau pays.

De la neige en Arabie Saoudite, c’est aussi rare et beau qu’un politicien cohérent. Du coup je voulais faire une chanson là-dessus pour vous remonter le moral.

Malheureusement j’en ai pas trouvé.

Alors à défaut, en ce Blue Monday,  je te chante le blues de la mauvaise foi qui, d’après moi, trotte dans la tête de Paul Magnette, préposé aux ventes chez FN Herstal et Ministre-Président Wallon à ses heures perdues.

Je n’avais jamais levé d’embargo

Devant personne

Maintenant je rampe et je fais le beau

Dès qu’on me sonne.

Pour beaucoup d’argent

Je feins d’ignorer

Le bruit des bottes

J’avais un credo… je l’ai échangé

Pour des menottes
Je me suis fait tout p’tit devant un pays

Auquel on vend plein de cartouches

Je m’suis fait tout p’tit devant un pays

Où les croyants tombent comme des mouches
J’étais dur à cuire, ils m’ont converti,

En Sainte-Nitouche

Et j’ai déposé canons et fusils,

A leurs babouches

Je m’en lave les mains et puis je souris

C’est pas ma faute

Ca fait des emplois pour la Wallonie
Le sang des autres…

Je me suis fait tout p’tit devant un pays

Auquel on vend plein de grosses douilles

Je m’suis fait tout p’tit devant un pays

Aux pieds  duquel le monde s’agenouille
Je subis leur loi, je file tout doux

Sous ces émirs,

Bien qu’ils soient voraces au-delà de tout,

Et même pire…

Une jolie province leur avait paru

Riche en fossiles

Une jolie province un jour en mourut

A coup de missiles.

Je me suis fait tout p’tit devant un pays

Auquel on vend des gros calibres

Je m’suis fait tout p’tit devant un pays

Où seuls les morts sont vraiment libres

bomb pick

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

A comida portuguesa : On a mangé Porto ( troisième et dernière partie)

Hé oui, suite et fin de notre saga portugaise, car toute les...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.