Le Futuroscoop du 5 décembre: Alexandre le Grand Jardin

Marianne_Symbol_of_french_republic_3L’écrivain Alexandre Jardin a annoncé ce samedi sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Une candidature qui amuse beaucoup les utilisateurs de Twitter… 

Cindya: Je ne sais pas si vous avez remarqué Pascal, mais la France politique semble avoir un appétit insatiable pour les noms de famille qu’ils sont bien pour faire des jeux de mots avec, à tel point que certains jours je me demande si nous ne sommes pas en fait tous coincés dans un rêve érotique de Bruno Coppens. Non mais c’est vrai: entre Hollande, Poisson, Valls, Fillon, et maintenant Jardin, l’humoriste français a une autoroute de la blague carambar devant lui. Pendant ce temps-là nous on sue pour faire une rime riche avec Didier Reynders et Karel De Gucht. D’ailleurs, pour pouvoir continuer cette chronique tranquillement, je vais faire toutes les blagues une une fois: “Alexandre Jardin, célèbre auteur de navets, est sorti du bois pour annoncer sa candidature à la présidentielle. Même s’il dit avoir la super bêche, il risque le râteau, à moins qu’il ne forme une coalition avec Fleur Pellerin et Brigitte Lahaie.” Bref, on a bien ri. Et c’est justement parce qu’on a bien ri qu’Alexandre Jardin est aujourd’hui Président de la République française.

Pascal: Mais je pensais que sa candidature n’avait pas été prise au sérieux?

Cindya: Précisément! C’est ce qu’on appelle le théorème de Trump: tout corps plongé dans un réseau social exerce une influence proportionnelle au nombre de blagues qu’il génère. Bon, cela dit, ici, on gagne au change. Les discours sont sympas à écouter, et puis le Président Jardin a rénové le statut de l’élu: aujourd’hui la condition sine qua non pour participer au gouvernement, c’est d’avoir écrit au moins un livre, mais attention, un ouvrage de fiction. Du coup, la rentrée littéraire de cette année est top : on a “Mémoires d’un honnête homme” par Nicolas Sarkozy, “Si j’étais Président” par François Hollande, et le très beau “Le racisme expliqué à ma nièce” par Marine Le Pen. Cela dit, en Belgique, on aime tellement l’idée qu’on pense s’en inspirer pour les prochaines élections fédérales belges de 2018.

Pascal: C’est-à-dire?

Cindya: Ben j’ai pas encore tous les détails, mais il paraît que Thierry Bellefroid est en train de fonder un petit mouvement, le PBT, parti des Bouquins pour Tous. On annonce déjà un cabinet d’enfer, avec Amélie Nothomb aux Affaires étranges, Sébastien Ministru à l’Egalité des Chances, et Jérôme Colin à la Mobilité, ça me semble la moindre des choses pour un type dont le roman s’appelle “éviter les péages”. Ah j’oubliais et on aurait Nicolas Buytaers Ministre des Sports, élu pour sa trilogie “J’aime beaucoup le hockey”. Et quitte à terminer sur un calembour, personnellement je préférerais de loin des écrivains en politique à une politique d’écrits vains. Ca nous changerait.

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

Le Futuroscoop du 12 décembre : Gouvernement Fossile 1er

On a retrouvé un morceau de queue de dinosaure vieux de 99...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.