Dans GAEL: « Mon marché de chef »

tomates-marche

Notre fascination sans bornes pour les grands chefs et le monde de la gastronomie a rendu à la cuisine ses lettres de noblesses. Mais n’oublions pas qu’au commencement de tout grand plat, il y a…De grands produits! Et donc, un marché à faire. Où trouver quoi et comment? Coup d’oeil dans le carnet d’adresses (pas si) secret d’une chasseuse-cueilleuse de haut vol…

Débutons par une petite mise au point en forme d’aveu: j’ai longtemps eu horreur de faire les courses. Cela me rappelait quand ma mère m’arrachait chaque samedi à mes albums de BD bien-aimés pour  me traîner de supermarchés en épiceries italiennes, en quête de victuailles qui rempliraient le placard pour la semaine. En grandissant, et malgré mon adoration pour Sainte Hélène Darroze et les beaux livres de cuisine, mon aversion pour le caddie à roulettes ne s’était pas arrangée. Jusqu’à ce que je découvre un reportage très inspirant qui proposait de suivre plusieurs grands chefs dans leur minutieux marché quotidien (argh!) auprès de fournisseurs amoureusement sélectionnés, en quête des matières premières qui donneraient naissance à leurs créations gastronomiques. “Sans les produits, nous ne sommes rien, car ce sont eux qui nous guident et nous inspirent dans notre travail”, soulignait humblement dans ce reportage Eric Briffard, Meilleur Ouvrier de France, Chef du Georges V  à Paris et Directeur de l’école de cuisine Le Cordon Bleu. Depuis ce déclic, j’ai complètement changé de point de vue: ce sont les produits qui dictent mon menu, et pas l’inverse. Je ne pars pas péniblement cocher des ingrédients sur une liste, mais bien à la chasse au trésor culinaire qui éveillera mes envies créatives.  Et c’est bien plus palpitant! A l’heure où le mieux manger est au centre des préoccupations, il est tout à fait possible de réconcilier remplissage hebdomadaire de frigo, qualité et haute gastronomie. Et si en plus, le tout prend des allures de shopping plaisir, pourquoi s’en priver? Suivez le guide!   (…) »

Article paru dans le magazine GAEL de janvier 2017.

Cliquez pour lire l’article entier (PDF)

Commentaires

More from Cindya Izzarelli

Chronique « C’est presque sérieux » mardi 01/12/2015 : Violence, nom féminin

Cela vous avait peut-être échappé dans le tumulte de l’actualité de ces...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.